Nous soutenons l'Hannuaire

Actualités

Victimes d’une fiscalité inadaptée, les entreprises françaises sont déconnectées de la compétition internationale

Victimes d’une fiscalité inadaptée, les entreprises françaises sont déconnectées de la compétition internationale

Incontestablement, les entreprises françaises continuent d’être les premières victimes d’une fiscalité inadaptée et déconnectée de la compétition internationale à laquelle nous devons portant chaque jour faire face pour survivre.

Le fait que les défaillances restent à un niveau alarmant montre que l’économie française est entrée dans une spirale vicieuse de destruction d’emplois et de baisse d’activité.

Ne nous cachons pas derrière notre petit doigt, les défaillances d’entreprises représentent directement le coût sociale d’une fiscalité française inadaptée touchant directement nos entreprises de taille intermédiaire dont nous manquons pourtant déjà cruellement.

La crise a été révélatrice des fragilités structurelles de notre tissu entrepreneurial puisque le taux de défaillances des entreprises françaises reste près de deux fois plus élévé que celui des entreprises allemandes.

Et n’oublions pas une chose, si depuis près de 10 ans, les courbes de défaillances d’entreprises en France et en Allemagne suivent des trajectoires diamétralement opposées c’est parce que l’Allemagne a un tissu entrepreneurial solide composé d’entreprise en moyenne plus grosses qu’en France et donc moins exposées au risque de défaillance. 98% des entreprises françaises ont moins de 20 salariés…et ce n’est malheureusement pas en imposant toujours plus nos entreprises pour tenter de camoufler le gaspillage public contre lequel nous ne faisons rien que nous allons faire grossir nos entreprises.

N’oublions pas une chose, dès que nos entreprises souffrent ce sont nos salariés qui souffrent. Or,  dans les circonstances économiques actuelles (perspectives de croissances faibles, niveau de déficit et d’endettement public élevés), l’amélioration de la compétitivité de nos entreprises à court terme ne peut passer que l’amélioration de compétitivité-coût (donc elle qui concerne le travail) car l’amélioration de la compétitivité hors-prix, plus structurelle, relève de facteurs de long terme (innovation, R&D, formation, éducation…) que nous désincitons d’ailleurs massivement en décourageant les investisseurs de placer leurs capitaux e France…

Réagissions !

Réveillons-nous !

Nous voisins qui sont aussi nos concurrents ne nous attendent pas !

Guillaume CAIROU
Président Club des Entrepreneurs