Nous soutenons l'Hannuaire

Actualités

« Revenu d’engagement » oui, « revenu d’engagement entrepreneurial » aussi !

« Revenu d’engagement » oui, « revenu d’engagement entrepreneurial » aussi !

« Revenu d’engagement » oui, « revenu d’engagement entrepreneurial » aussi !

Lors de son allocution d’hier soir, le Président de la République a exposé son plan d’action concernant la progression des nouveaux variants du Covid-19 et les mesures de soutien aux populations les plus fragilisées par la crise persistante. Emmanuel Macron a notamment évoqué le dispositif du « revenu d’engagement », nouveau nom de la « garantie jeunes » étendue à un million de potentiels bénéficiaires de moins de 26 ans sans emploi ou formation. A la différence d’un RSA jeunes, sans contrepartie, ce revenu d’engagement serait versé en échange de démarches positives d’insertion comme le suivi d’ateliers, des entretiens individuels, des stages et des expériences d’immersion en entreprise ; les bénéficiaires pourront percevoir une indemnité pouvant atteindre 497 euros mensuels, et ce, pendant 18 mois maximum.

Guillaume Cairou, président du Club des Entrepreneurs, salue cette initiative visant à « permettre l’émancipation d’une génération précarisée par la crise sanitaire ». Cette mesure contribuera à l’accès des jeunes à l’autonomie par une reconnexion salutaire avec le monde du travail. 

Cependant, pour Guillaume Cairou, « nous nous devons d’aller encore plus loin, en incitant les jeunes sans emploi ou sans formation à créer leur entreprise. Pour ce faire, je propose la création d‘un revenu d’engagement entrepreneurial. Cette aide, qui serait d’un montant de 1 000 euros, aurait pour objectif final d’accompagner les jeunes dans la création de leur activité. Ces derniers pourront ainsi financer l’accompagnement et certaines fournitures nécessaires au bon développement de celle-ci (bureaux partagés, informatique, comptabilité, etc) sous réserve d’un suivi qui pourrait être effectué sous la coupe des organismes consulaires (CCI, CMA, …) ». Ce dispositif d’un revenu d’engagement entrepreneurial accompagnerait la précédente proposition de Guillaume Cairou de créer un dispositif spécialisé dans l’accompagnement à l’entrepreneuriat, baptisé « 1 jeune, 1 entrepreneur ».

A l’heure où le mouvement #EtudiantsSansMaster gagne en visibilité sur les réseaux sociaux, dans un monde du travail où l’embauche dès la sortie de licence est rare, il faut donner aux jeunes, diplômés ou non, la possibilité de créer leur propre emploi et, partant, leur propre avenir.

Pour Guillaume Cairou, « les jeunes sont indispensables au bon développement économique et social de notre pays, et ce, d’autant plus au vu de la crise sanitaire que nous vivons. N’oublions pas qu’ils sont notre avenir, par conséquent, nous nous devons de les accompagner du début de leurs études jusqu’à leur insertion sur le marché du travail ».