Nous soutenons l'Hannuaire

Actualités

Le gouvernement lance un statut d’«étudiant-entrepreneur»

Le gouvernement lance un statut d’«étudiant-entrepreneur»

La ministre de l’Enseignement supérieur a présenté mardi un plan en faveur de l’entrepreneuriat étudiant, en faisant conserver les droits sociaux étudiants aux jeunes créateurs d’entreprise.

Les jeunes ne manquent pas de bonnes idées. Mais se lancer à corps perdu dans la création d’entreprise alors que le marché de l’emploi est en berne les fait plutôt trembler. La ministre de l’Enseignement supérieur Geneviève Fioraso a donc lancé mardi un plan pour aider les étudiants à monter leur entreprise. Un statut d’étudiant-entrepreneur sera créé à la rentrée 2014 pour accompagner les jeunes qui innovent et créent leur entreprise, a dit Mme Fioraso, comme l’avait annoncé le président, François Hollande, lors des Assises de l’entrepreneuriat en avril.

 

Objectif: 20.000 créations ou reprises d’entreprises par de jeunes diplômés

 

Le statut sera ouvert aux étudiants en cours de formation et aux jeunes diplômés souhaitant créer leur entreprise après l’obtention de leur diplôme, a dit la ministre à l’occasion de la visite de l’incubateur de l’Université de Marne-la-Vallée, à l’est de Paris. Les jeunes diplômés pourront continuer à bénéficier du statut d’étudiant, et de la couverture sociale qui y est attachée, durant la période de création d’entreprise à la condition de s’inscrire à un diplôme d’université (DU) «création d’entreprises innovantes et entrepreneuriat».Cela leur permettra également de «bénéficier d’une formation à l’entrepreneuriat et à la gestion, orientée vers la préparation et le lancement d’un projet entrepreneurial», précise la ministre dans son discours rendu public. «Il ne s’agit pas d’un statut au sens juridique du terme mais d’une reconnaissance et d’un accompagnement offert à ceux qui créent et innovent», ajoute Mme Fioraso.

Le coût de l’inscription en DU entrepreneuriat devrait être proche de celui d’un master, a-t-on précisé au ministère, soit environ 250 euros. «Notre objectif, celui des Assises de l’entrepreneuriat, c’est de parvenir à 20.000 créations ou reprises d’entreprises par des jeunes issus de l’enseignement supérieur», indique la ministre.

En outre, dans le cadre du concours national d’aide à la création d’entreprise organisé par le ministère, «jusqu’à 50 lauréats» pourront bénéficier d’une aide de 10.000 euros dans la catégorie «création-développement», et de 5000 euros dans la catégorie «émergence», a ajouté Geneviève Fioraso.

Les mesures concernant le statut étudiant-entrepreneur «vont dans le bon sens (…) malheureusement, elles sont insuffisantes pour faire émerger un Zuckerberg à la française+», estime Guillaume Cairou, président du Club des entrepreneurs, dans un communiqué. Ne pas annoncer «une facilitation des démarches administratives est un non-sens contreproductif», ajoute-t-il.