Nous soutenons l'Hannuaire

Actualités

La France est prise en otage par son droit du travail

La France est prise en otage par son droit du travail

La France est prise en otage par son droit du travail

Le droit du travail est un frein à la compétitivité de la France

Revue parlementaire – 16 septembre 2014

Par Guillaume Cairou, Président du Club des Entrepreneurs, PDG Fondateur du Groupe Didaxis

 

Entrepreneur, j’ai rêvé de pouvoir me consacrer pleinement à mon entreprise, au développement de nouvelles offres innovantes, à la conquête de nouveaux marchés notamment étrangers, à l’embauche de nouvelles compétences qui feraient la différence face à mes concurrents… J’ai malheureusement vite déchanté face à une spécificité française : le poids de ses formalités administratives et de sa surenchère réglementaire.

Alors que la France traverse au sein de l’Europe une crise grave et inquiétante de compétitivité, tandis qu’aucune décision propre à faire face à la situation n’est prise, notre droit de travail est devenu un véritable frein à notre croissance.

A l’image de l’Espagne, de l’Italie ou du Portugal, de nombreux Etats voisins ont assoupli leur marché du travail. Faute de croissance et pour éviter la montée de la précarité, ils ont compris la nécessité de se réformer en levant les freins à l’embauche.

Comment accepter que notre pays ne s’y soit toujours pas résigné ?

Personne ne s’est donc rendu compte que la réglementation du contrat de travail est si rigide en France qu’elle nuit à tous ?

Elle nuit d’abord aux entrepreneurs qui n’ont pas la flexibilité dont ils ont besoin pour investir sereinement.

Elle nuit ensuite aux salariés français qui ont le triste sentiment d’insécurité dans leur emploi le plus élevé d’Europe. Cela s’explique aisément. Une fois salarié, leur contrat peut certes être difficilement dénoncé mais ils savent bien que la contrepartie existe. Lorsqu’ils perdent leur emploi, ils ont beaucoup de mal à revenir sur le marché du travail. Et cela est générateur de stress.

La meilleure façon d’y remédier est d’assurer la …. Lire la suite