Nous soutenons l'Hannuaire

Actualités

La France doit instaurer un droit à l’erreur entrepreneuriale

La France doit instaurer un droit à l’erreur entrepreneuriale

La France doit instaurer un droit à l’erreur entrepreneuriale

La France a cette particularité d’être un pays qui n’a pas instauré de véritable droit à l’erreur entrepreneuriale et qui en souffre. Elle doit sans tarder opérer ce changement législatif.

Le jour où la France considérera que l’échec entrepreneurial présente plus de vertus bénéfiques que de conséquences préjudiciables et qu’elle transformera cela en un régime juridique légal et règlementaire protecteur, alors la France ne sera plus figée.

Elle pourrait même être un pionnier jalousé parce qu’elle aura su libérer ses énergies et ses potentiels.

Se donner le droit à l’erreur, c’est la clé de la réussite entrepreneuriale

Si en France, l’innovation est en panne, c’est avant tout parce que l’image de l’entrepreneur y est beaucoup trop négative.

Là où vous seriez, dans certains pays,  adulé pour la création d’emplois et de valeur, vous êtes en France trop souvent montré du doigt pour votre enrichissement plus souvent supposé que réel.

L’entrepreneur est en France plus souvent paria que héro

La France ne loue que très peu ses success stories mais n’hésite jamais à vilipender les échecs des siens.

Alors, comment le comprendre ?

Pour un big bang entrepreneurial

Quand allons-nous véritablement prendre conscience que la France entrepreneuriale est celle qui créé de la richesse et pas celle qui accumule les profits ?

Qu’attendons-nous pour mettre en oeuvre un bouclier entrepreneurial permettant à l’innovation de s’exprimer librement dans notre pays ?

Que mettons-nous en oeuvre pour que nos jeunes talents porteurs de projets ne soient plus convaincus que la réalisation de leur potentiel est permise ailleurs mais pas dans le pays qui les a formés ?

Quand allons-nous mesurer que l’entrepreneur risque de son patrimoine à sa réputation pour créer de la valeur dans notre pays et qu’il faut dès lors l’en protéger ?

Qu’attendons-nous pour l’inciter à prendre ces risques ici plutôt qu’ailleurs ?

Qu’attendons-nous pour lutter contre le tarissement de la dynamique entrepreneuriale dans notre pays ?

Quand allons-nous enfin considérer que l’entrepreneur qui a connu l’échec est un entrepreneur averti qui en vaut deux ?

La France doit instaurer un véritable droit à l’erreur entrepreneuriale !

Par Guillaume Cairou, Fondateur du groupe Didaxis et Président du Club des Entrepreneurs.