Nous soutenons l'Hannuaire

Actualités

AFP – Projet de fiscalité écologique: le Medef dénonce un « mauvais coup »

AFP – Projet de fiscalité écologique: le Medef dénonce un « mauvais coup »

afpPARIS, 23 août 2013 (AFP) – La principale organisation patronale, le Medef, a qualifié vendredi de « mauvais coup » l’annonce par le gouvernement de l’instauration prochaine d’une « contribution climat-énergie ».

« L’annonce par le ministre de l’Environnement de la création d’une nouvelle forme de fiscalité écologique est un mauvais coup porté aux entreprises, à la croissance et à l’emploi », a dénoncé le Medef dans un communiqué, s’inquiétant d’une « marche forcée vers de nouveaux prélèvements ».

« Dans la situation économique actuelle, il est irresponsable de présenter au Parlement un projet de taxation nouvelle avant d’avoir réalisé des études d’impact sérieuses et complètes », a encore estimé l’organisation.

Cette prise de position n’est pas surprenante, le nouveau président du Medef, Pierre Gattaz, s’étant déjà déclaré début juillet farouchement opposé à toute fiscalité écologique, en particulier si elle passait par une taxation du diesel.

Pour l’Organisation des transporteurs routiers européens (OTRE), qui rassemble des PME de transport routier, une telle taxe est tout bonnement « inenvisageable », alors que le secteur devra déjà s’acquitter de la taxe sur la circulation des poids lourds à partir du 1er octobre.

« Alors qu’il est à craindre que l’impact économique de la taxe poids-lourds sur les TPE et PME du transport routier vienne allonger la longue liste des défaillances d’entreprises constatées depuis de nombreux mois dans ce secteur, (…) une nouvelle mesure fiscale ne peut s’envisager. L’annonce de cette nouvelle taxation constitue donc une véritable provocation inacceptable », juge l’OTRE dans un communiqué.

Guillaume Cairou, président du Club des Entrepreneurs, qui affirme rassembler 18.500 chefs d’entreprise, fustige pour sa part « une aberration économique, sociale et fiscale », qui « contribuera un peu plus à alourdir la pression fiscale pourtant déjà bien trop grande qui pèse sur les entrepreneurs ».

Le ministre de l’Ecologie Philippe Martin a annoncé jeudi que la création d’une contribution climat énergie, plus connue sous le terme de « taxe carbone », avait été actée par le Premier ministre. Il n’a pas donné davantage de détails sinon qu’il y aurait un « débat sur le montant et le rythme » de cette contribution.

Alors que le débat fait rage en France sur la pression fiscale, d’autres ministres ont depuis tenté de calmer les esprits.

Le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici, a ainsi assuré vendredi qu’il ne s’agissait pas de « frapper les Français », parlant plutôt de « verdir les taxes existantes pour modifier les comportements », mais sans donner de détails concrets.